AccueilFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
lainie17



Féminin
Sagittaire Tigre
Nombre de messages : 21073
Age : 30
Personnage préféré : Olivia et Gregory
Date d'inscription : 13/11/2006

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Sam 26 Oct 2013, 21:00

Donc tu nous prévois le grand retour la semaine prochaine. Very Happy 

_________________
Tout les montages sur Gregory et Olivia
Création de Lainie
Sunset Beach en BD

Revenir en haut Aller en bas
newlook



Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 8276
Age : 28
Personnage préféré : Sara Francesca Annie + Cole Carmen Amy Brad Gregory Virginia Bette Gabi Derek Maria Ricardo
Date d'inscription : 24/04/2009

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Dim 27 Oct 2013, 02:40

Oui, allez, on va se lancer ce défi, un épisode dès la semaine prochaine (mardi au plus tard).
Revenir en haut Aller en bas
loverCaitlin&Meg



Masculin
Vierge Chat
Nombre de messages : 2600
Age : 29
Personnage préféré : Caitlin, Antonio, Ben, Gabi, Meg, Emilie, Mark, Tifanny, Sara, Cole, Carmen, Tim, Tobias, Jude
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Dim 27 Oct 2013, 12:19

je vais lire ta fic également
Revenir en haut Aller en bas
newlook



Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 8276
Age : 28
Personnage préféré : Sara Francesca Annie + Cole Carmen Amy Brad Gregory Virginia Bette Gabi Derek Maria Ricardo
Date d'inscription : 24/04/2009

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Dim 27 Oct 2013, 12:20

Merci à toi Maël, tu me diras ce que t'en penses. Smile 
Revenir en haut Aller en bas
Chris



Masculin
Cancer Rat
Nombre de messages : 16638
Age : 32
Personnage préféré : Elaine, Carmen, Francesca, Olivia, Gregory, Annie, Gabi, Jacques, Ruiz, Alison, Diane, Maria
Date d'inscription : 01/09/2006

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Dim 27 Oct 2013, 12:30

Comment il nous fait sa diva à grands renforts d'annonces grandiloquentes un peu Laughing  Razz

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://gogosfrance.blogspot.com/
newlook



Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 8276
Age : 28
Personnage préféré : Sara Francesca Annie + Cole Carmen Amy Brad Gregory Virginia Bette Gabi Derek Maria Ricardo
Date d'inscription : 24/04/2009

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Dim 27 Oct 2013, 12:45

Bah oui, faut bien faire la pub' ! Razz 
Revenir en haut Aller en bas
newlook



Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 8276
Age : 28
Personnage préféré : Sara Francesca Annie + Cole Carmen Amy Brad Gregory Virginia Bette Gabi Derek Maria Ricardo
Date d'inscription : 24/04/2009

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Mer 06 Nov 2013, 02:11

Ca y est ! Je me relance enfin.

Le plus dur, ce fut de m'y retrouver dans ce que j'avais déjà écrit. Et puis j'avais des feuilles volantes par-ci par-là, alors j'en ai profité pour mettre toutes mes idées sur un seul document sur ordi, c'est bien plus pratique.

Tout de suite donc, la suite. Wink 
Revenir en haut Aller en bas
newlook



Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 8276
Age : 28
Personnage préféré : Sara Francesca Annie + Cole Carmen Amy Brad Gregory Virginia Bette Gabi Derek Maria Ricardo
Date d'inscription : 24/04/2009

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Mer 06 Nov 2013, 02:16

Bon, comme par hasard, y'a un bug, je n'arrive plus à insérer une image, ça me marque "la connexion a été réinitialisée" avec un petit bonhomme carré qui fait la moue.

Ben ça m'énerve !
Revenir en haut Aller en bas
newlook



Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 8276
Age : 28
Personnage préféré : Sara Francesca Annie + Cole Carmen Amy Brad Gregory Virginia Bette Gabi Derek Maria Ricardo
Date d'inscription : 24/04/2009

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Mer 06 Nov 2013, 02:25



En attendant, je vous poste mon épisode, sans l'image au-dessus (ce qui m'ennuie fortement car je trouvais que ça faisait plus propre avec une séparation).

Sur la plage, sont restés quelques courageux pour aider Sara et Casey à débarrasser : Paula et Ricardo, ainsi que l'officier Spencer, les autres ayant préféré prendre la poudre d'escampette pour éviter l'épreuve la plus corvéable à leurs yeux : le nettoyage. Tandis que Paula tente un nouveau rapprochement implicite auprès de son ex-fiancé, Spencer, lui, semble toujours dans l'euphorie du moment passé car il fredonne lascivement "Love me tender" de son idole Elvis Prestley, visiblement d'humeur romantique, ce qui n'est peut-être pas sans lien avec les longs regards langoureux qu'il a lancé à sa partenaire d'effort durant toute la session de jeux. Cela a au moins le mérite de conserver la bonne humeur qui s'est évaporée en même que les trois-quarts des convives, ainsi que de couvrir la discussion houleuse qui se dresse entre les futurs mariés. :
"Je peux savoir ce qui t'as pris ?"Relance Casey sur le sujet de l'épreuve finale, faisant vraisemblablement référence à la "lutte" déchaînée entre les deux soeurs.
"Je ne vois pas de quoi tu parles.... Ecoutes, je suis exténuée, je n'ai qu'une hâte, c'est de rentrer..." Tente de ruser Sara, qui cherche à éviter ce sujet épineux.
"Sara, te rends-tu compte que tout le monde a assisté à votre grabuge puéril sans rien y comprendre, moi y compris." Dit Casey, alarmiste.
"Il n'y a rien à comprendre, j'ai voulu la prévenir que sa cheville risquait de s'infecter si elle posait ses pieds dans le sable, à cause de sa brûlure..." Essaie laborieusement de justifier Sara, devant un Casey bien sceptique.
"C'était donc ça ? Et moi qui m'imaginait que c'était encore un de tes raisonnements irrationnels, te conduisant à devenir jalouse de façon excessive de Meg...." Expose Casey, connaissant que trop bien celle qui partage sa vie.
"N'importe quoi ! Je te fais confiance, et puis Meg est ma soeur. Alors pourquoi voudrai-je l'empêcher d'être à mes côtés le jour de mon mariage, Hein ?" Réponds avec un sourire de complaisance Sara, très loin de penser un seul mot qu'elle vient de prononcer.
"C'est ça ! Dis plutôt que ça t'agace qu'elle ne puisse jouer la demoiselle d'honneur parfaitement dévouée, plus pour le futur mari, n'est ce pas ?" Interroge Sara à son amoureux, par la pensée intérieure.
Casey, bien que n'étant pas dupe au sujet de l'excuse fantaisiste relatée par Sara, décide de couper court à toute forme de polémique à ce sujet, sachant très bien que Sara détournerait automatquement la conversation sur les rapports ambigüs qu'il entretient avec Meg.
De son côté, Sara cherche elle aussi à se soustraire de cet interrogatoire avant que la situation ne lui échappe. Pour cela, elle se décide à aborder un sujet qui la turlupine énormément : le mystérieux étranger qui s'est introduit à Surf Central, elle décide d'en toucher deux mots à Casey :
"Casey, as tu un autre instant à m'accorder ?" Questionne, toujours en proie aux doutes dès qu'il s'agit de son bien-aimé.
"Si c'est pour me tanner sur mon amitié avec ta soeur, ce n'est pas le moment !" Rétorque Casey, dont l'humeur s'est vite dégradé.
"Non, je voudrai aborder un tout autre sujet, et ça te concerne directement, puisque cet événement a eu lieu chez nous, à Surf Central." Affirme Sara, persuadée à présent de capter toute l'attention de son sauveteur.
"Je t'écoute. Qu'est ce qui se passe ?" Poursuit Casey, visiblement intrigué.
Sara se lance alors avec grandiloquence dans un monologue qui vise à expliquer minutieusement à Casey les moindres détails de son face à face inattendu avec le dit électricien. Spencer, qui commence à devenir aphone et surtout éreinté, est aussitôt alpagué par le brave sauveteur qui souhaite obtenir son avis sur la question. Il est donc mis dans la confidence :
"Vous avez eu l'impression qu'il avait de sombres intentions ? Vous cambriolez peut-être ?" S'informe Spencer, qui retrouve une certaine rigueur de professionnel.
"Oui et non. Je ne peux pas affirmer de but en blanc qu'il avait pour but de nous voler, mais il m'a paru particulièrement louche, sur le qui-vive, et puis il n'avait pas d'uniforme ni le moindre matériel. En fait, je suis sûre et certaine qu'il m'a menti." Réitère Sara, un brin déçue de ne pas l'avoir démasqué d'entrée de jeu.
"Je ne veux pas inquiéter davantage, mais Steele nous a informé que ces derniers temps sévissaient ce genre d'individu qui ont recours à cette méthode : se faire passer pour des professionnels en tout genre, au moins pour repérer les lieux ainsi que les objets de valeur." Commente l'officier, fier comme un coq.
"Dans ce cas-là, nous pouvons être sereins, car nous n'avons rien de grande valeur, hormis peut-être ma planche de surf. La valeur des amitiés qui vont et viennent dans cette maison n'est pas à prendre, donc c'est sans risque." Argumente de façon jobarde Casey qui cherche toujours à passer pour un homme au grand coeur.
"Moi j'y crois pas à cette histoire de repérage ! Surtout que je suis certaine de l'avoir revu plus tard sur la plage, comme si il m'avait suivi." Surenchérit Sara, qui s'était bien gardée de révéler cette information.
"Tu en es sûre ? Je veux dire, ton imagination t'as peut-être joué un tour ?" Expose Casey, qui choisit mal son moment pour se remettre à douter de sa fiancée.
"Dans tous les cas, moi je vous propose de passer dès demain au commissariat pour faire une déposition. Nous en profiterons pour vous faire faire un portrait-robot, cela vous va ?" Demande Spencer, qui voit là une occasion unique de prendre la tangente en ponctuant ainsi :
"Bon, le devoir m'appelle, il faut que je mette à jour le logiciel pour votre identification de demain, bonne nuit !"
Sara et Casey, conscients du stratagème peu flatteur de l'officier pour mettre fin à sa participation au rangement, le saluent en souriant, puis, après avoir enfin terminé, se rendent dans leur cocon à Surf Central et s'ensuit alors une nuit des plus romantiques.

Pour la soeur aînée des Cummings, l'heure n'est pas non plus à l'amusement, et pour cause, le trajet en voiture entre le Deep, où Ben est venu chercher des dossiers et la maison de la plage, est pour le moins tendu. Il y règne une atmosphère pesante.
"Tu ne dis rien, Meg ?" Démarre Ben, avec un sourire charmeur qui laisse à penser qu'il a fait table rase de la journée.
"Je suis exténuée, Ben. Je veux juste rentrer chez nous et oublier cette horrible journée." Se lamente Meg, exagérant le trait pour se faire plaindre.
"Voyons, elle n'était pas si terrible que ça finalement, si ? En mettant de côté ta lutte ubuesque avec Sara, évidemment." Ricane le séducteur, qui garde sa trajectoire de route intacte alors qu'il a le regard penché sur sa copilote.
"Ca n'a rien d'amusant, tu sais." Souligne Meg, visualisant le conducteur faire une moue de compassion avant d'enchaîner sur un sujet bien plus angoissant pour elle :
"Tu ne comptes rien me dire concernant ton attitude sur la plage ?" Relance Meg tout en maintenant son calme.
"Honnêtement, je préférerai pas, si tu n'y vois pas d'objection. Cette histoire ne regarde que Maria et moi, et ce passé trop longtemps refoulé." Répond assez froidement Ben, avec cette obscurité si distinctive de sa personnalité.
"En tout cas, Maria ne refoule pas ses sentiments pour toi !" Tente de jouer sur les mots Meg, désabusée.
"Ecoute, Maria a vécu un véritable traumatisme, elle a besoin de se reconstruire, et l'attitude de ce pseudo-peintre ne pourra que lui nuire, et freiner sa guérison." Poursuit Ben, qui n'a vraisemblablement pas conscience du tort que ses propos découlent sur son épouse.
"Moi, ce que je voudrai savoir, c'est quand est-ce qu'elle va te laisser tranquille, nous laisser tranquille, devrai-je dire !" Avance Meg, qui n'attend qu'un signe de détachement de Ben envers les tracas de son ex-femme.
"Dans ce cas, tu vas être pleinement satisfaite, puisque Maria s'en va demain matin pour Seattle. D'ailleurs, je lui ai proposé de l'accompagner, mais c'est elle qui a refusé. Comme quoi, elle ne cherche pas à rester omniprésente dans ma vie." Opine Ben pour prouver à son interlocutrice qu'elle se trompe sur le compte de Maria.
"Ce qui me gêne, c'est que tu puisses le lui avoir proposer sans même me consulter, et aussi que tu me fasses honte devant mes amis et ma famille en la prenant dans tes bras intimement, ou pire encore, que tu fasses un esclandre autour d'un tableau représentant ton ex-femme, et que tu défendes son honneur en te battant avec son nouvel ami." Expose Meg, qui pour le coup, a tout un attirail d'argument plutôt rationnel à son actif.
"Je n'ai pas voulu te blesser, si je l'ai fait, je te prie de bien vouloir m'en excuser. Mais il faut que tu comprennes que Maria tiendra toujours une place importante dans ma vie, pour Benjy bien sûr, mais pas seulement." Dit sans ambages Ben, sous le regard fustigateur de Meg, au bord de l'évanouissement intérieur à l'écoute de ces paroles.
Le reste du trajet se fait dans un silence de cathédrale, Meg maintient son regard en direction de la vitre où elle voit défiler le magnifique paysage de Sunset de nuit. Ben, lui, est perdu dans ses pensées, il songe une nouvelle fois à l'accident, mais aussi à ce tableau et s'interroge sur la manière dont Ross a pu avoir autant de détails visuels de la scène.
Tous deux sont loin d'imaginer ce qui se trame à leur domicile, et pour cause : un véritable conciliabule se met en place entre deux têtes pensantes :
"Tu as bien fais ce que je t'ai demandé ?" Questionne la conspiratrice expérimentée.
"Oui, j'ai tout fait comme tu me l'as dit. J'ai mis le pas bon produit dans la salle de bain." Formule avec enthousiasme une voix qui se veut douce, mais sans nobles intentions.
"Très bien, mon petit, très bien ! Je m'impatiente de voir la tête que tu feras demain Meg...." Se félicite Annie, dévoilant son visage, et de continuer intérieurement :
"Et ce ne sont que les prémices de ce que je te prépare, attends un peu la suite, je sens qu'on va rigoler...." Exulte magistralement la rouquine sous les yeux remplis de joie de son complice, qui n'est pas en reste pour faire souffrir la jolie kansane.

Sur la plage sont restées Emily et Sofia, qui poursuivent leur conversation strictement féminine sur l'attitude à adopter pour séduire un homme, c'est en tout cas ce que croit Emily, loin de se douter des intentions bien moins reluisantes de sa nouvelle "camarade".
"Tu souhaiterais m'aiguiller en échange d'un retour de service ? Je ne vois pas en quoi je pourrai t'être utile." S'étonne Emily, que la fatigue commence à ronger.
"Eh bien, vois-tu, je me trouve actuellement dans une situation difficile." Minaude Sofia, déterminée à jouer la victime.
"De quoi parles-tu ? Tu désires te confier ?" Se préoccupe Emily, toujours désireuse d'être la confidente, la fille parfaite sous tous rapports.
"Oui, même si c'est douloureux et très pénible de se dévoiler sous cet aspect." Se plaint de façon larmoyante Sofia, s'enfonçant ainsi dans ses mensonges, et n'hésitant pas à faire goutteler quelques larmes sur son visage.
Au vu de son l'émotionnel simulé de la jeune femme, Emily ne se fait guère prier pour la prendre dans ses bras, et de lui apporter son réconfort en lui sussurant à voix semi-basse :
"Je ne vais pas te juger, on traverse tous à un moment donné une mauvaise passe. C'est la vie." Et tout un tas d'autres banalités affligeantes qui sont le reflet de son expérience de vie.
Sofia, désormais en totale confiance pour manipuler à souhait celle qui pourrait devenir son Cheval de Troie dans ses futurs méfaits, reprend sans vergogne son baratin de victimisation :
"En fait, je suis sans le sou. Je squate depuis quelques temps dans les sous-sols du Deep, et je me fais payer de la nourriture par des hommes en échange de services personnalisés....."
"Tu fais allusion à de la prostitution ?" S'offusque Emily, habituée à des tracas bien moins spectaculaires.
"Pour le moment, non, je ne fais que flirter avec eux, mais je sais pertinemment que tôt ou tard, ils en voudront davantage, et que moi, je ne serai pas en position de refuser..." Continue outrageusement Sofia, qu'aucune bassesse ne semble arrêter.
"Je suis sidérée d'entendre ça, et ça me désole au plus haut point." Exprime Emily avec une commisération des plus sincères.
"Mais mon but n'est pas de te faire pitié, je veux juste t'exposer les raisons qui m'ont poussé à agir comme je l'ai fait à la boutique." Indique Sofia sans se soucier de l'incrédibilité de son raisonnement.
"Attends une seconde, ce que tu as volé à la boutique ne t'apporte rien pourtant." Interrompt Emily, ayant un éclair de lucidité.
"Et bien, c'est que... En fait... Je, oui, tu as raison. Mais c'est par habitude, et puis j'ai le droit de vouloir être jolie, de plaire, de me sentir bien." Tente laborieusement la jolie menteuse pour raccrocher les wagons de son récit incohérent.
"Oui, je comprends parfaitement, écoutes, si je peux faire quoi que ce soit pour t'apporter mon aide, dis-le moi." Relance la demoiselle pour recentrer la conversation, et qui n'a pas conscience d'être une marionnette entre ses mains.
"Et bien justement, tu peux ! Tout ce que je demande, c'est de trouver un travail, et comme je suis nouvelle dans la région et que je ne dispose d'aucun diplôme, j'aurai besoin d'un petit coup de pouce." Quémande audacieusement Sofia, sachant qu'elle a tiré le gros lot.
"Je ferai ce que je peux pour te trouver ça. Je trouve ça indécent qu'une jeune fille ait recours à ce genre de comportement pour pouvoir survivre. Je te conseille vivement d'aller trouver le Père Torres. C'est un homme épatant, toujours à l'écoute. Il pourra te soutenir financièrement grâce à la paroisse. On ne va pas te laisser tomber, je te le garantis." Formule Emily, pleine de conviction et de volonté, en prenant soin de lui laisser son numéro où la joindre avant de rentrer chez elle. Cette dernière, bouleversée par le récit de Sofia, en oublie même la contrepartie que lui avait proposé sa nouvelle "amie".
Sofia, elle, exulte intérieurement. Pour elle, cette "amitié" apporte de l'eau dans son moulin.

Avant de retrouver son fiston, Maria prend le temps de faire un crochet chez sa mère car elle tient à lui annoncer personnellement son futur départ pour Seattle. Là elle croise Alex, et l'invite à entrer en se rendant compte que sa mère est absente :
"C'est un décor particulier, ici !" Constate à haute voix le frère de Ben, sans ironie.
"Tu trouves ? Moi, j'ai pris l'habitude, ma mère, ses cartes, ses encens nauséabonds ainsi que tous ses chiffons hauts en couleur, à force, on n'y prête même plus attention." Sourit Maria, particulièrement ravie de converser avec Alex.
"Je sais qu'il est un peu tard, mais je profite de notre rencontre fortuite pour t'interroger sur mon frère." Dit avec hésitation Alex pour entrer dans le vif du sujet.
"Je t'écoutes, que se passe t-il ?" Soulève alors Maria, intriguée.
Alex fait donc part à Maria de l'attitude distante de Ben depuis son arrivée, et veut savoir si selon Maria, Ben lui tient toujours rigueur de ce qui s'est produit pendant leur enfance avec Derek. Mais ce dernier est brutalement interrompu par la Mama Carmen, qui fait comme toujours une entrée remarquée :
"Qui êtes-vous ? Comment êtes vous entrer ?" Accueille froidement la voyante.
"Maman ! Voyons, c'est moi qui l'ai fait entrer. C'est le frère de Ben." Glisse Maria avec un sourire enjoleur.
"Quoi ? Son frère ? Encore un psychopathe qui veut s'en prendre à ma fille, hein ?" Agresse verbalement la Mama, remontée comme une pendule.
"Vous vous méprenez Madame. Votre fille et moi sommes amis, et ce depuis belle lurette. Il est évident que vous me confondez avec mon défunt frère, Derek." Tente sensiblement Alex afin de raisonner Carmen.
"Oh Diantre ! Pas du tout ! Je vois clair dans votre jeu, saligot ! Je ne vous confonds certainement pas, en revanche, je parviendrai à vous confondre si vous vous avisez de vous approcher de ma fille, vous m'entendez ?" Hurle la propriétaire des lieux, faisant ressortir ses yeux globuleux.
"Maman ! Ca suffit ! Tu me ridiculises ! C'est insensé ! Cesse de me couver, tu veux !" Lance Maria, perdant négligemment son calme.
"Je veux te protéger ! Ma fille n'a pas besoin d'un autre Evans dans sa vie, vos deux frères l'ont suffisamment fait endurer d'épreuves !" Aboie Carmen comme un chien qui voit un de ses congénères sur son territoire.
""Je devrai vous laisser, je vois que ma présence vous incommode Madame, et vous m'en voyez navré." S'excuse platement Alex, mal à l'aise face à cette "névrosée du bocal".
"Non, Alex, reste ! Ce que je vais dire à ma mère te concerne, du moins, indirectement. Je vais quitter Sunset Beach pour quelques jours, peut-être plus d'ailleurs." Affirme Maria sur un ton fatidique, présage d'une révélation de suspense.
"Ma petite fille ! Où Diable veux tu aller ?" S'inquiète avec une étonnante sincérité la dame aux cartes.
"Je me rends à Seattle. J'ai besoin de retourner là où j'ai "vécu" contre ma volonté ces cinq dernières années de ma vie. Etre sur place pourrait être la clé qui me manque, et cela me permettra éventuellement de récolter de précieux indices sur ce trou noir que je ressens au fond de moi. C'est vital." Clame la jeune mère comme un cri de guerre pour bien signifier l'importance de sa démarche, et fait maladroitement tomber la fameuse boule de cristal qui se trouvait sur la table basse. Carmen s'agite une nouvelle fois dans tous les sens avec son chale pour brasser de l'air :
"Tu ne dois pas y aller Ma Fille ! C'est un mauvais présage. Lorsque tombe le cristal, c'est que la mort est proche." Récite scrupuleusement Carmen sous le signe d'une sentence, devant Alex, effaré par le crédit qu'accorde la Mama à ces divagations, et Maria, qui ne peut s'empêcher d'être craintive.

Au pénitencier, Jude se faufile aussi discrètement que possible en entendant des pas se rapprocher de la porte grise capitonnée de clous pour bien signifier que de l'autre côté se trouvent de dangereux criminels, bien qu'en actionnant la poignée, celle-ci s'ouvrent sans aucun mal.
Le jeune homme, récemment promu avocat de la défense, voit alors un homme tout de noir vêtu, sortir avec une attitude froide, glaciale, et se décide finalement à l'accoster :
"Un instant ! S'il vous plaît !" Démarre de plein fouet Jude, voulant en savoir davantage sur ce fameux complice.
"Qui êtes-vous ?" Demande avec une agressivité sonore le jeune homme aux multiples affaires louches.
"Je me présente : Jude Cavanaugh, je suis l'avocat de Gregory Richards, et accessoirement son confident." Exagère Jude, comme pour obtenir plus facilement la confiance de cet homme qu'il sent particulièrement malsain.
"Alors arrangez-vous pour le faire sortir d'ici au plus vite ! C'est bien pour cela qu'il vous paie, non ?" Poursuit sèchement le dialogue Wei-Lee, pas décidé à devenir poli.
"Il se trouve que son procès s'ouvre demain, à partir de cette information, je vous laisse deviner la date de sa sortie. Cela dit, vous m'intriguer. Quels sont vos motifs personnels dans le relâchement de cet homme ?" S'empresse de questionner Jude, un brin trop rapide.
"Ca ne vous regarde pas, jeune homme ! Sachez que si Gregory a fait la bêtise de vous faire aveuglément confiance, il n'en sera pas de même pour moi. Alors contentez-vous de faire en sorte que ce procès se déroule de la meilleure des façons qui soit, et sans embûches !" Lance avec fermeté l'asiatique qui lui fait clairement savoir que c'est lui qui se permettra de porter l'estocade s'il le décide.
"Je crois comprendre que vous avez besoin de Gregory pour mettre à bien vos projets, aussi je vous suggère de me compter parmi vos alliés, et cela implique un minimum de respect, et de franchise de votre part." Souligne courageusement Jude, dans l'espoir de ne pas se faire démonter dans la foulée.

"Soit. Je vous présente mes excuses. Pour ce qui est de nos "louables" intentions à Monsieur Richards et moi-même, vous en saurez plus en temps et en heure. Je peux seulement vous assurer que d'ici peu, vous vous forgerez une toute nouvelle clientèle." S'enorgueille le vaniteux homme d'affaires, avant d'appeler son chauffeur pour quitter les lieux.


Dernière édition par newlook le Lun 11 Nov 2013, 01:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
lainie17



Féminin
Sagittaire Tigre
Nombre de messages : 21073
Age : 30
Personnage préféré : Olivia et Gregory
Date d'inscription : 13/11/2006

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Ven 08 Nov 2013, 21:31

Cool Very Happy 

_________________
Tout les montages sur Gregory et Olivia
Création de Lainie
Sunset Beach en BD

Revenir en haut Aller en bas
newlook



Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 8276
Age : 28
Personnage préféré : Sara Francesca Annie + Cole Carmen Amy Brad Gregory Virginia Bette Gabi Derek Maria Ricardo
Date d'inscription : 24/04/2009

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Lun 11 Nov 2013, 01:16



Après une bonne de nuit de sommeil amplement méritée et un réveil des plus soporifiques accompagné d'un air virtuel de violon pour imager les propos romantico-passionnés de Casey, Sara et ce dernier se rendent au commissariat où les attend Spencer, bien matinal, et ce malgré un visage déconfite qui en dit long sur le nombre d'heures restreintes qu'il a dû passer à dormir.
"Bonjour les tourtereaux, bien remis de la soirée d'hier soir ?" Démarre le jeune officier sur les chapeaux de roue en laissant passer un énorme pléonasme dans sa question.
"Oui en partie, même si je suis encore un peu sur les rotules." Bougonne gentiment Sara, particulièrement décoiffée.
"C'est vrai, y'a pas à dire, même si nous n'avons pas participé au challenge, c'est Sara et moi qui avons certainement le plus courru." Prend à la dérision Casey, faisant un clin d'oeil complice à Spencer, laissant sous-entendre qu'elle exagère.
Très vite, la conversation prend une autre tournure, davantage basée sur la raison de la présence du couple dans ces locaux.
"Bon, j'ai remis à neuf notre logiciel informatique. Vous allez voir la précision spectaculaire des visages modelés. C'est fascinant ! En fait j'ai commencé à reformater le processeur puis j'ai modifié le canal de sortie pour avoir une image de synthèse grâce à la mémoire vive de mon linux....."Déblatère Spencer toute à sa joie de parler de sa passion et se lançant dans des explications incompréhensibles pour deux novices en la matière que sont ses premiers usagers.
"Bon, on s'y met !" Scande librement Casey, désireux d'en finir avec cette histoire à laquelle il ne croit guère.
"Bonjour tout le monde, je vois que vous êtes bien matinals, tous les deux. Quel bon vent vous amène ?" Questionne Paula avec une voix des plus chaleureuses.
"Sara a l'impression d'être suivie." Ricane bêtement le jeune homme, légèrement vêtu d'un short rouge si familier.
"Ce n'est pas une impression. Je ne suis pas paranoïaque. Je l'ai vu à deux reprises en l'espace d'une heure, et surtout, il était chez nous. Je sais ce que je dis." Clame la cadette des Cummings, dont l'agacement face au manque de crédibilité que lui accorde son compagnon se fait clairement ressentir, au point de mettre les deux policiers asermentés dans l'embarras.
"Je te taquine, tu le sais. Tout comme toi, je souhaite connaître le fin mot de cette histoire." Se rattrape le sauveteur avec un langoureux baiser pour soigner la portée de ses mots.
Sans plus attendre, Spencer se met à faire défiler tout un florilège de portraits susceptibles d'être le mystérieux individu croisé par la jeune femme. Sans succès face à cette étape, il lui propose alors décrypter autant que possible l'homme qui occupe ses pensées. Sara s'exécute et tous portent leurs regards avec attention lsur e portrait-robot qu'elle décrit et qui, grâce à la technologie et au talent de l'officier Spencer, commence peu à peu à prendre forme. Au fur et à mesure que celui-ci se dessine, le visage de Paula se crispe au point où elle finit par devenir blême et de lâcher nerveusement :
"C'est impossible ! Ca ne peut pas être lui."

A peine démarrée, la journée de Meg s'annonce cataclysmique. Tout aurait pourtant pu rentrer dans l'ordre : Maria ayant quitter Sunset Beach pour une durée indéterminée, lui permettant d'avoir son mari pour elle toute seule, ce qui n'est pas sensé être un luxe, mais une évidence aux yeux de la jolie brunette. Mais tout ceci est sans compter sur Benjy, qui, à la manière d'un ouragan, est fermement décidé à se faire entendre, et aussi à faire savoir à sa délicieuse belle-mère qu'il est là, et qu'il ne l'apprécie pas, mais alors pas du tout.
En parfaite confiance et sereine malgré sa dispute de la veille avec son époux, Meg déchante très vite en distinguant par inadvertance la conversation que tient son mari au téléphone, elle saisit rapidement que c'est Maria qui se trouve à l'autre bout du combiné et peste intérieurement contre sa rivale :
"Tu ne le lâcheras donc jamais ! Tu te sers de ton fils de ton fils comme un prétexte pour harceler mon mari."
Perdue dans ses pensées, elle se fait bousculée par Benjy, qui omet délibérément de s'excuser pour sa maladresse avant de rejoindre son papa qui vient de le prévenir que sa mère voulait lui parler.
"Maman, tu me manques. Quand est ce que tu rentres à la maison ?" Commence à geindre le petit garçonnet, qui se rabougrit dans le sofa du salon, et de continuer sur sa lancée des hostilités envers Meg, qui vient d'atteindre le bas de l'escalier :
"J'ai peur d'elle, Maman, j'ai peur qu'elle me fasse disparaître, comme Franklin." Ose Benjy, devant son père qui se tourne vers Meg, larmoyante.
Une fois l'appel interrompu, Benjy s'empresse de remonter dans sa chambre, ne laissant nullement l'opportunité à Ben de lui faire entendre raison, ce qui a le don d'exaspérer Meg.
"Je suis désolé, Meg, tu veux que j'aille lui parler." Tente platement Ben, peu convaincant.
"C'est inutile. Il n'y a rien à faire, Ben, il ne m'aime pas. Il me considère comme le seul et unique obstacle qui vous empêche, toi et Maria, de vous rabibocher." Poursuit la jeune femme, dont le visage s'humidifie.
"Il faudra bien qu'il se fasse à l'idée qu'entre sa mère et moi, c'est terminé !" Tonne Ben, plus incisif.
"Comment veux tu le lui faire comprendre alors que j'ai moi-même des doutes à ce sujet." En remet une couche Meg, toujours perturbée par les événements de la veille.
"Voyons, Maria ne vit plus sous notre toit. Benjy finira par s'habituer à toi. Laisse-lui du temps. C'est un enfant. Il n'a pas conscience du tort qu'il te fait." Dit posément l'homme à la chevelure parfaite, toujours prêt à voir le bon côté de la situation.
"Cela fait déjà un an que tu me ressors continuellement le même discours Ben, je suis à bout. Je n'en peux plus de cette éternelle tension qui règne dans ma maison. J'ai besoin de savoir que je peux compter sur ton soutien, or, ces derniers temps, j'ai l'impression que.... Ah..... Je.....Au secours....Qu'est ce que je....." Suffoque soudainement Meg, devant son mari, impassible.

Au parloir, Gregory reçoit une nouvelle fois la visite de son avocat Me Cavanaugh qui vient avec à la main une blouse où se trouve un smoking fraîchement repassé. Il n'en faut pas davantage pour que le patriarche de la famille Richards comprenne ce que cela signifie, et qu'il exulte sans gêne :
"Ah enfin ! C'est le grand jour. Gregory Richards va renaître de ses cendres tel le phoenix." Se glorifie le prisonnier en tapotant sur l'épaule de son allié, pour signe de gratitude, mais surtout pour lui rappeler sa supériorité.
"En effet Gregory, à l'heure qu'il est, l'ensemble des témoins ont dû recevoir leur convocation pour votre procès. J'aime autant vous prévenir que la bataille ne fait que commencer. Je connais au moins une demie-douzaine de personnes qui souhaitent vous vous voir moisir ici, dans cette cellule." Avertit Jude, conscient d'avoir face à lui le plus gros client de Sunset, et qu'il s'agit de sa première affaire en tant qu'avocat de la défense.
"Voyons, voyons, mon petit Jude, ne vous sous-estimer donc pas ainsi. Cette bataille, nous allons la mener de front et la vaincre. Laissez-moi vous dire que vos témoins auxquels vous faites allusion sont loin d'être décisifs." Ricane Gregory, sûr de son fait.
"Qu'entendez-vous par là ?" Interroge Jude, loin d'être rassuré à l'écoute de son propos.
"Amusons-nous à faire la liste de ces "précieux" témoins, voulez-vous. Tout d'abord, nous avons ma charmante et dévouée épouse Annie, qui a à son actif toute une cascade de crimes à elle toute seule. Il s'agira d'un jeu d'enfant de démonter son témoignage en prouvant que son seul et unisue but est de récupérer sa part du magot en me laissant pourrir en prison." Relate l'homme d'affaires, qui se fait un plaisir de dresser tous les délits commis par Annie dont il a eu connaissance.
"Effectivement, Gregory, effectivement, Annie n'est certainement pas notre plus grande préoccupation." Se permet d'en rire Jude, lui aussi amusé en se rendant compte de tous les incartades de sa petite amie.
"Alors, ensuite, nous avons ma pauvre et ivrogne d'ex-femme, qui est toujours éperdumment amoureuse de moi. Il n'y a qu'à voir la manière dont elle se débat pour savoir qui m'a agressé. C'est vraiment hilarant.... et presque touchant. Elle qui a mis une telle volonté à nous séparer et qui aujourd'hui, se morfond de me savoir si loin d'elle." Se réjouit Gregory, non sans fierté.
"J'avoue être moi-même très étonné de la voir aussi perturbée par votre incarcération. Je dois bien admettre que là encore, vous voyez juste, Olivia ne saura pas être très génante dans ma plaidoirie." Rétorque ainsi Jude, se prenant au jeu de fourbe du prévenu.
"A qui le tour ? Caithlin, ma chère petite Caithlin. J'ai conscience de la peine que je lui ai infligé. Mais ce n'est rien en comparaison de ce que lui ont fait cette vermine de Cole Deschanel, ainsi que sa propre mère. Croyez-moi, je saurai la remettre sur le droit chemin et lui indiquer la bonne direction. J'en fait le serment." Clame avec aplomb Gregory, en durcissant considérablement le ton de sa voix autant que l'ouverture de son visage.
"Je crains que cela ne soit pas aussi simple. Actuellement, votre fille vous en veut énormément, je crois comprendre que vous avez voulu lui ôter son enfant à la naissance pour le donner à sa mère. Avouez qu'il y a difficilement pire comme acte de parent indigne." S'offense Jude, qui semble oublier un bref instant l'idée d'une éventuelle représaille.
"Attention ! Cher maître ! Sachez que pour moi, il n'existe que deux catégories de personnes : mes alliés ou mes ennemis. Alors faites-bien attention avant de choisir votre camp !" Apostrophe le grand homme d'affaires, pas habitué qu'on remette la moindre de ses décisions en cause.
"Gardez votre énergie pour votre procès Gregory, c'est un conseil, surtout que vous semblez oublier le principal atout du procureur, je dirai même son témoin-clé : Cole Deschanel, en personne." Confirme l'avocat avec une lueur dans le regard qui le surprend lui-même, celle d'une volonté farouche de triompher.
"Un procès, c'est comme une partie d'échecs, mon cher Jude, aussi, il faut toujours au moins trois coups d'avance. Pensez-vous vraiment que j'ai laissé quelque chose au hasard. Vous apprendrez bien vite que non, et que jamais, non jamais Cole Deschanel ne sera en mesure de nous barrer la route. Toutes ses tours et ses cavaliers sont déjà hors-course. Ne lui reste qu'une reine, ma fille, et croyez-moi, plus pour longtemps." Argumente d'un ton péremptoire celui qui se considère à tort comme le pygmalion de sa vénérée Caithlin.

Plusieurs habitants ont, sans le savoir un sacré point commun en ce jour, ils vont tous rencontrer une jeune estafettequi va leur tendre un document qu'ils vont émarger puis en récupérer le contenu qui risque fort bien de les laisser pantois.
"Vous êtes assigner à comparaître pour le meurtre de Francesca Vargas. Veuillez vous rendre muni de cette présente convocation au tribunal de Sunset Beach, Salle 12, sous la houlette du juge Lynch, chargé du dossier."
Plusieurs voix lisent à tour de rôle cette missive, partagé entre colère et injustice, crainte ou détermination.
La colère, c'est ce que ressent Olivia, comprenant succintement qu'elle s'est fait flouée en imaginant son ex-mari à l'article de la mort à l'hôpital. Elle prend conscience qu'il s'est une nouvelle fois joué de lui et que, par sa faute, Caithlin et elle ont encore creusé le fossé qui les séparent.
L'injustice, c'est le ressenti de Caithlin, abasourdie en lisant le nom du juge chagré de l'affaire : Lynch. Son nom ne lui est pas inconnu : c'est un membre actif du Country-Club où Gregory a pour habitude de passer des week-end pour y organiser des soirées événementielles, ou encore pour apporter son aide financière. Elle saisit bien vite la portée de tout ceci: ce procès risque d'être une gigantesque mascarade et son père s'en sortira blanchi, lavé de tout soupçon, alors qu'il est, à ses yeux, responsable de la mort de son enfant et des problèmes juridiques de Cole.
La crainte, ce sentiment est partagé par Annie à la lecture de cet inquiétant communiqué. Elle se remémore non sans exagération les dernières paroles prononcées par son époux :"On en a pas fini, tous les deux. Crois-moi on se retrouvera." Cela résonne dans sa tête et sonne peut-être le glas de sa toute nouvelle vie, elle qui se voyait déjà devenir riche grâce au contenu du dossier laissé fortuitement par sa tante adorée. Elle craint également la coalision de son époux avec Jude, pourquoi ce dernier a t-il fait enfermer Gregory pour ensuite le défendre devant la cour ?
Enfin, c'est la détermination qui ressort dans l'esprit d'Armando lorsque ce dernier reçoit le pli qu'il s'empresse de froisser de sa main tremblante de rage, sans tenir compte de l'intitulé même de la lettre. Il faiut dire qu'Armando le sait fort bien : ce n'est pas son témoignage qui ferait la différence, mais bien celui de son fils, qui, emprisonné, ne pèsera pas lourd dans la balance. Armando se plonge des années en arrière, se rappelle la première guerre qu'il a perdu face à son ennemi : la conquête d'Olivia, et se refuse à laisser cette ignonimie se produire une seconde fois. Pour lui, le moment d'agir est arrivé, et à en croire son allure, l'homme gandin sait où il met les pieds.

C'est un début de journée sans que s'apprête à affronter Gabi, déjà diminuée par sa douleur au poignet, et qui éprouve bien des difficultés à préparer son petit-déjeuner. Elle est très surprise de voir débarquer de bon matin l'Officier Ruise, qui s'inquiétait de son état.
"Salut Gabi, excuse-moi de te déranger, j'ai pensé t'apporter des croissants, puisque tu es convalescente." Débute Oscar, visiblement pas totalement insensible au charme de la petite hispanique.
"C'est trop gentil, il ne fallait pas. Tu sais, je peux encore me débrouiller, et puis, je ne suis pas toute seule, Casey et Sara sont là, si besoin est." Poursuit Gabi avec une malice amicale dans le regard.
"En fait, je suis surtout venu car je voulais m'assurer que Ricardo n'était pas venu t'ennuyer après mon départ. Je l'ai senti assez cruel avec toi lors des épreuves. Je ne sais pas vraiment ce qui s'est passé entre vous, mais au vu de ce qu'il vous a fait, à toi et à Antonio, cela va sans dire que ....enfin, tu vois ce que je veux dire." S'interrompt brutalement Ruise, comme s'il prenait tout à coup conscience du grotesque de la situation.
Mal à l'aise, il s'apprête à rebrousser chemin lorsu'il entend la bouilloire qui siffle, et se propose de se charger de la servir. A cet instant surgit Carmen, qui n'hésite pas à ouvrir la porte comme si elle était familière des lieux et de lancer tambour battant à Gabi :
"Comment osez-vous vous montrer encore sur la place publique ?" Manifeste de façon furibonde Carmen, avec un certain art pour la persécution.
"Madame Carmen. Laissez-moi vous expliquer..." Tente poliment de résister la frêle jeune femme, qui s'était vainement préparée à cet affrontement.
"Vous avez détruit la relation d'amitié et de fraternité entre mes deux garçons, et vous continuer de pavoiser dans cette ville, tout en sachant qu'ils seront amenés à vous croiser." S'emporte la Mama, en prenant violemment le bras de sa bru.
"Arrêtez ! Vous me faites mal ! Lâchez-moi !" Commence à s'agacer Gabi, déjà suffisamment accablée.
"Lâchez-la immédiatement Madame Torres !" Tonne Oscar, alerté par les cris de la demoiselle.
"Oh mon Dieu ! Vous avez déjà pris une autre proie dans vos filets. Vous n'êtes qu'une prostituée." Vocifère victorieusement Carmen, ravie de sa découverte.
"Vous vous méprenez totalement. Je suis ici en ami." Dit Ruise pour reprendre le contrôle de la situation.
"Taisez-vous ! Vous vous ferez avoir, comme les autres ! Quand je pense que vous travaillez pour mon fils ! C'est une honte, un scandale. Rien ne vous arrête, espèce de petite traînée, la seule différence qui existe entre vous et les femmes de votre espèce, c'est que dans votre cas, vous n'êtes pas payé, mais en revanche, ce sont mes fils qui payent pour vos appétits sexuels insatiables." Lance méchamment Carmen devant une Gabi, catastrophée et dans l'incapacité émotionnelle de se défendre.
"Si vous ne partez pas, je serai dans l'obligation de vous faire arrêter pour harcèlement." Se permet Ruise, n'ayant pas peur du côté démoniaque de la Mama, pourtant remplie de fureur.
"Allez-y ! Faites ! Je compte justement appeler Ricardo pour lui faire savoir quel genre de sournois vous êtes, et qu'il vous rétrograde à la circulation. Quant à vous, Gabi, vous n'imaginez pas de quoi je suis capable pour protéger mes bébés de votre emprise animale." Profère sous le sceau de la menace ses deux victimes, qu'elle pense prématurément avoir pris sur le fait.
Revenir en haut Aller en bas
Annie17



Féminin
Lion Cochon
Nombre de messages : 4013
Age : 33
Personnage préféré : Caitlin Richards Deschanels
Date d'inscription : 07/03/2008

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Lun 11 Nov 2013, 18:04

Toujours aussi bien !! Vivement la suite !!
Revenir en haut Aller en bas
newlook



Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 8276
Age : 28
Personnage préféré : Sara Francesca Annie + Cole Carmen Amy Brad Gregory Virginia Bette Gabi Derek Maria Ricardo
Date d'inscription : 24/04/2009

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Sam 16 Nov 2013, 02:19



La situation au poste de police devient pour le moins cocasse tant les personnes présentes se montrent sous un jour nouveau.
En premier lieu, c'est la réaction virulente et sans commune mesure de Paula face au portrait officieux dicté par Sara qui ne passe pas inaperçu. Cette dernière reste fixement devant le croquis de l'ordinateur, et répète en boucle " Ce n'est pas possible...". Spencer, tout autant que Sara et Casey, ne savent comment réagir, et après une vaine tentative d'approche, ces derniers comprennent vite fait que cette dernière n'est pas en mesure de les aiguiller.
A cet instant, le Procureur Steele débarque et souhaite s'entretenir avec l'Officier Spencer, en privé, fait-elle limpidement savoir au couple qui feint ne pas comprendre le sous-entendu.
"Que se passe t-il, Madame le Procureur ?" S'inquiète Spencer, dont l'angoisse se lit sur son regard fuyant.
"Cessez de vous imaginer le pire à chaque fois que je veux vous parler, Spencer !" Dit avec aisance et de façon ironique Patricia, plutôt de bonne composition.
"C'est que je sais que vous n'appréciez pas lorsque j'utilise le nouveau logiciel mais en fait..." Poursuit Spencer dans son verbiage informatique, toujours très tendu.
"Je me contrefiche de vos tergiversations personnelles, alors par pitié, détendez-vous, et taisez-vous !" Se permet la dame peu favorable à perdre davantage de temps.
"Oui, chef !" Sort pleutrement le jeune Officier, perdant de sa superbe malgré son uniforme.
"Bon, c'est à propos du procès de Gregory Richards qui débute aujourd'hui. Ricardo risque fort bien d'être amené à témoigner à charge contre lui, mais pour tout vous dire, je préfèrerai éviter cela." Admet Steele, avec un point de mire bien concis à l'esprit.
"Pourquoi ça ? Quelqu'un vous a demandé de ne pas enfoncer Richards ? Vous voulez le couvrir ?" Soulève efficacement Spencer, reprenant ainsi du poil de la bête.
"Ravie de constater que vous avez une conscience professionnelle ! Non, évidemment, c'est Ricardo que je cherche à couvrir car j'ai l'intention de faire témoigner sa femme, Gabriella à la barre." Lance Steele, informelle.
"C'est une blague ? Pourquoi Gabi ? Enfin, je veux dire, c'est quoi son lien avec cette affaire." Questionne le téméraire officier, ignorant passablement la pointe de méchanceté tenue dans le regard de sa supérieure hiérarchique.
"Vous le saurez bien assez tôt, mon cher. Néanmoins, j'aimerai éviter un nouveau scandale et que notre commissariat devienne un sujet de moquerie permanente en dehors de ces locaux, aussi je vous serai grée de remplacer Ricardo en tant que témoin-clé pour faire la reconstitution du meurtre au tribunal." Communique Steele faisant par là même comprendre l'importance de ce procès à ses yeux.
Non loin de là, Armando Deschanel fait une entrée remarquée et pour cause, ce dernier scande
à en perdre la voix.
"Je voudrai parler à un responsable. Je suis venu avouer un crime !"
Très rapidement, Paula, ayant retrouvé un semblant de lucidité, s'approche de l'homme qui aurait pu être son beau-père si le destin l'en avait décidé ainsi et lui conseille de baisser d'un ton car le Procureur se trouve dans la salle à proximité. Mais rien n'y fait, l'homme aux allures de grand seigneur est plus que déterminé à faire savoir sa culpabilité dans un crime. Sara et Casey, aux premières loges de cette scène abasourdissante, se délectent d'être présents.
Tous ces glapissements de protestation obligent Steele à revenir sur ses pas et écouter celui que l'on surnommait jadids "La légende de Sunset" avouer un crime peu glorieux.
"C'est moi, Madame le Procureur ! C'est moi qui ai ordonné l'agression de cette charogne de Gregory. Il n'a eu que ce qu'il méritait !" Reconnaît avec emphase Armando, qui garde sa dignité légendaire.
"Vraiment ? Voilà qui est surprenant. Et ça ne vous vient à l'esprit que maintenant, à l'ouverture de son procès, de nous le faire savoir...." Emet en grondant Steele, loin d'être dupée par la pseudo-révélation du vieux beau.
"Dans la mesure où vous avez votre coupable, et que je viens de confesser mon "crime", vous êtes dans le devoir de faire libérer mon fils, sur le champ !" Tance Armando avec une arrogance qui lui est propre.
"Calmez-vous ! Et surtout tâchez d'éviter de me donner des ordres ! Ici, ce n'est pas vous qui diriger. Est-ce clair ?" Enchaîne la Procureur qui déteste l'attitude supérieure et nombriliste du "Dom Juan".
"C'est comme vous voudrez, mais vous savez aussi bien que moi que vous n'avez pas d'autres options que d'enregistrer ma confession, afin d'éviter de faire entrave à la justice." Tonne avec une certaine satisfaction Armando, celle d'être parvenu à contrecarrer les plans de son vieil ennemi.

Olivia est passablement remontée après la lecture du communiqué l'informant pour le procès prématuré de Gregory. Il y a des signes qui ne trompent pas, comme la manière particulièrement expéditive dont elle oblige Rose à lui apporter un café ou bien son regard qui fixe intensément la flasque de whisky qui trône dans le salon :
"Non ! Non ! Non ! Gregory, tu ne me feras pas replongée ! Pas cette fois !" Crie Olivia contre son époux, dans la seule intention est de se défouler.
Sans le savoir, Rose commet une gaffe qui va provoquer un nouvel esclandre qui risque d'avoir des conséquences inattendues :
"Amy, vous voulez que je vous apporte quelque chose ? Des croissants ? Un chocolat ?" Propose avec une bonté naturelle Rose, en parfaite domestique.
"Amy ? Petite sotte, ne me dites que vous m'avez fait l'affront de rester ici, malgré mes avertissements ?" Formule mentalement la maîtresse de maison, avant de concrétiser sa pensée oralement :
"Descendez immédiatement petite punaise !" S'écrie Olivia, à en perdre ses cordes vocales.
"Oui, oui. J'arrive tout de suite Madame Richards." Réponds instantanément Rose, toujours bienveillante, sans se soucier outre mesure de l'insulte qu'a émis Olivia.
Cette dernière s'agace lourdement en voyant Rose au bas de l'escalier, sans son café, et surtout en réalisant que Rose a pris pour elle la missive qu'elle a lancé à l'encontre d'Amy.
"Ce n'est pas à vous que j'ai ordonné de descendre Rose, mais à cette chipie qui se permets de s'incruster de façon abusive chez moi. Je veux qu'elle s'en aille, sur le champ." Tonne Olivia, considérablement irascible ce matin.
C'est alors que Sean fait lui aussi son entrée dans le salon et doit faire face aux lamentations de sa mère.
"Maman ! Pourquoi cries-tu ainsi ? Tu vas finir par réveiller Trey." Glisse de façon ingénieuse Sean, sachant que parler du bien de Trey est ce qui a le plus de chance d'apaiser Olivia.
"Ecoute mon chéri. Il se trouve que je viens de recevoir une nouvelle pour le moins déroutante." Continue Olivia, prenant soin de laisser un long silence en guise de suspense avant de poursuivre :
"Le procès de ton père a été très largement avancé. Pour tout te dire, il débute aujourd'hui et j'ai été appelée à comparaître devant le juge par le procureur chargé du dossier." S'exprime Olivia, qui n'est pas encore parvenue à retrouver la sérénité.
"C'est incroyable, et pourtant cela ne m'étonne pas le moins du monde. Papa a toujours été doué pour faire accélérer les procédures, surtout quand il est impliqué." Distingue nochalamment le fils de la famille, sachant son père trop coutumier du fait pour s'en inquiéter.
"Tu as probablement raison, il n'empêche que cela provoque un stress qui est en totale incompatibilité avec la présence étouffante de ton "invitée". Se sent obligée de dire Olvia, en accentuant bien son ressentiment sur le terme "invitée".
"Tu parles d'Amy ? C'est ridicule, voyons, en plus, elle vient pratiquement de se noyer. Tu ne vas pas la mettre à la porte maintenant." S'offense Sean, surpris de la réaction unilatérale de sa mère.
"Cette fille a presque failli provoquer ta mort par son incroyable stupidité ! Je refuse de cautionner les agissements de cette greluche écervelée sous mon toit !" S'emporte une nouvelle fois Olivia, toujours tiraillée par son envie oppressante de siroter un verre d'alcool.
Amy, se sentant en confiance grâce au soutien inconditionnel de Sean, prend le courage de descendre affronter sa terreur, mais la vue de la jeune blondinette est l'ultime coup de massue pour Olivia, qui s'empresse d'ouvrir la porte principale et de proférer farouchement :
"Vous voulez rester dans l'enceinte de cette propriété. Pas de problème. Dans ce cas, il n'y a qu'un seul endroit où vous pourrez loger, dehors, dans la niche de Spike !"

A la maison de la plage, la tension nerveuse de Meg atteint son paroxysme lorsque celle-ci se met à ressentir de violentes douleurs aux pourtours de son visage, des paumettes au nez, en passant par la zone frontale et les lèvres.
Elle en ressent également sur ses bras, ses mains et ses jambes. Visuellent, le contraste ne fait aucun doute : on y voit apparaître de nombreuses plaques rouges, similaires aux symptômes des patients souffrant de psoriasis. Ben, interloqué par la soudaine laideur du visage de sa bien-aimée, ne sait comment réagir, et se contente d'un laborieux :
"Meg ! Quelque chose ne va pas ?"
"Ca me gratte de partout. J'ai mal Ben ! Appelle un médecin, je t'en prie !" Criaille Meg, totalement meurtrie par cette apparition cutanée indésirable.
Ben s'isole sur la terrasse pour pouvoir passer le coup de fil d'extrême urgence sans que les cris de douleur de Meg ne couvre la conversation. Benjy choisit cet instant propice pour redescendre, comme un criminel qui ressent le besoin viscéral de revenir sur les lieux du crime pour constater les dégâts. Il reste là, distant, et attend patiemment le retour de son Papa pour rendre son effroi plus crédible :
"Ahhh ! Un monstre ! J'ai peur !" Ose sans complexe Benjy, jouant à merveille son rôle mi-ange, mi-démon.
"Calme-toi, calme-toi Benjy. C'est Meg, il semblerait qu'elle ait une réaction allergique à un produit." Dit posément l'homme en tapotant doucement le dos de Benjy, qui, n'étant visible de personne à cet instant, esquisse un très large sourire sadique.
"Ben, dis-moi qu'un médecin va arriver. J'ai horriblement mal. Je ne comprends pas...." Continue de geindre Meg, décidément bien malchanceuse.
"Oui, oui, il est en chemin...." Répond par l'affirmative Ben, avant d'être interrompu par la sonnette de sa maison.
"Ne vas surtout pas ouvrir Ben ! Je ne veux pas qu'on me voit dans cet état !" Clame la jeune femme en proie à de vives douleurs intempestives, mais qui reste soucieuse du paraître en toute circonstance.
"Ne sois pas ridicule, c'est peut-être le médecin." Tente de raisonner Ben, qui ne sait plus où donner de la tête.
"Bonjour Ben, qu'est ce qui se passe ?" Démarre Annie, faussement inquiète, qui ne peut s'empêcher de venir voir l'étendue de son crime honteusement planifié.
"Annie, ce n'est pas le moment, reviens plus tard, je t'en prie...." Essaye Ben, conscient qu'elle ne va faire qu'aggraver la situation dilemnatique qui se déroule sous son toit.
"Oh mon Dieu ! Quelle horreur ! Mais qu'est ce que.... Qu'est ce qui s'est passé ?" Demande de façon bien hypocrite Annie, survoltée et qui mène bien son jeu de comédienne pour sembler sincèrement décontenancée.
"Pourquoi es-tu ici ?" Interroge Ben, suspicieux dès que ça concerne Annie.
"Je viens te voir pour te parler de ceci..." Revendique la jeune femme à la mine fourbe, se servant ainsi de la nouvelle qu'elle a reçu pour éviter de faire porter les soupçons sur sa personne.

A Surf Central, les conditions atmosphériques ambiantes demeurent tendues, Carmen, toujours révoltée, s'apprête à passer le coup de fil qui risque de modifier consédérablement les relations entre Gabi et Ricardo, jusqu'à atteindre un point de non-retour. C'est alors, qu'à la surprise générale, Ricardo fait son apparition, mettant tout ce petit monde dans un ambarras incommensurable :
"Maman ! Qu'est ce que tu fais ici ?" S'inquiète Ricardo, connaissant le profond antagonisme entre les deux femmes.
"Je suis ici pour déjouer les plans de cette catin, crois-moi, mon fils, tu ne le regretteras pas." Enfonce le clou Carmen, se souciant plus du tort qu'elle pourra faire à son ennemie jurée qu'au bien-être de son fils.
"Ca suffit Maman, je te demande de quitter cet endroit sur le champ. Ne m'obliges pas à me répéter." S'énerve l'Inspecteur de police qui avait le projet de se retrouver seul avec son épouse.
"Savez-vous au moins lequel des deux vous désirez voir rester ?" Lance Carmen, incisive à Gabi en désignant grossièrement l'Officier Ruise du doigt.
"Taisez-vous ! Vous n'avez pas à venir me harceler jusque chez moi !" S'emporte Gabi, à bout de nerf.
"Votre soif de libido vous pousse à commettre les pires offenses, ma petite." Crache avec venin la Mama, sous le regard consternant de Ricardo, qui perd patience.
Ricardo, sur le point de pousser sa mère vers la sortie, est in-extrémis interrompu par un coursier qui frappe à la porte pour rattraper Ricardo, qu'il avait entrevu passer sur la plage.
Il déballe sans plus attendre le pli reçu sous les regards insistants des trois personnes qui l'entourent.
"C'est une assignation à comparaître pour le meurtre de Francesca Vargas." Lit à haute voix l'inspecteur, déboussolé, avant de poursuivre dans le but de faire régner l'ordre en la demeure :
"Maman, rentre chez toi immédiatement avant de m'obliger de te dire de te mêler de tes affaires." Lance Ricardo, lassé de devoir continuellement remettre sa mère à sa place.
"Mais, Mon Fils, tu ne vas quand même pas croire cette gourgandine ! Elle n'hésite pas à papillonner autour de ce policier de pacotille sous tes yeux, pour t'humilier, réveilles-toi, mon enfant...." Persévère décrescendo la Mama, et pour cause, Ricardo a été contraint de la jeter dehors et cette dernière persiste à vilipender sur Gabi en s'éloignant.
"Ruise, tu viens avec moi au commissariat !" Demande sèchement Ricardo, qui visiblement, ne considère pas toutes les divagations de Carmen comme infondées.
"Bien sûr, j'te suis" Obtempère l'Officier, sans se méfier de l'eau qui dort dans l'esprit encore perturbé de l'Inspecteur.

Au parloir, la longue énumération d'un avocat avec son client concernant les nombreux témoins de leur affaire se poursuit, avec pour première cible, Amy Nielsen, qui sans le savoir, pourrait s'avérer être un de leur atout les plus précieux. Surtout que cette dernière est actuellement sur écoute, chez les Richards. Jude et Gregory entendent donc la manière peu flatteuse dont elle est malmenée par Olivia. Et pour Gregory, il ne fait aucun doute qu'il faut agir dès maintenant, et tirer avantage de la situation.
"Je veux que vous fassiez venir cette jeune fille ici, Jude." Ordonne sans détour Gregory à son avocat qui reste bouche bée.
"Je ne vois pas bien ce que vient faire cette jeune fille dans vos projets." S'enquérît Jude, sans obtenir plus de réponses.
"Ne vous préoccupez donc pas de ça, j'en fais mon affaire. Cette gamine va être une nouvelle carte pour porter l'estocade lors du procès." Affirme avec un soupçon de suffisance l'homme qui semble résolu à en finir au plus vite.
"J'aimerai éviter que tout Sunset soit impliqué dans votre procès. D'ailleurs, je me dois de vous avertir quie je n'apprécie que très modérément votre "associé" Monsieur Young. Il ne m'a pas fait bonne impression." Avertit Jude, sachant que son avis n'a aucun intérêt pour son client.
"Monsieur Young et moi sommes en affaires, et ça ne concerne en rien ce procès. Aussi j'apprécierai que vous ne vous en mêliez pas." Bougonne Gregory, montant dans les tours.
"Je vois, hormis mon aide juridictionnelle, je n'ai pas mon mot à dire. Sachez que je ne peux cautionner que votre allié s'en prenne à Monsieur Deschanel physiquement. Ca n'est pas dans les termes de notre arrangement, Monsieur Richards." S'entête Jude, ayant décidément du mal à choisir son camp.
"Calmez-vous Jude, tout vient à point à qui sait attendre. Comme promis, en échange de vos nombreux services apportés, je saurai vous rendre la pareille et anéantir les personnes qui ont bien failli causer votre perte." Assiège Gregory, laissant deviner que Jude a scellé un pacte avec le Diable.


Revenir en haut Aller en bas
miss pika



Féminin
Lion Serpent
Nombre de messages : 19990
Age : 27
Personnage préféré : olivia et gregory
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Sam 16 Nov 2013, 02:21

Oh mais j'avais pas vu ça! Shocked Je m'en vas lire depuis le début et je reviens après Arrow 
Revenir en haut Aller en bas
newlook



Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 8276
Age : 28
Personnage préféré : Sara Francesca Annie + Cole Carmen Amy Brad Gregory Virginia Bette Gabi Derek Maria Ricardo
Date d'inscription : 24/04/2009

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Sam 16 Nov 2013, 02:24

A demain alors, car c'est assez long.... Razz 
Revenir en haut Aller en bas
miss pika



Féminin
Lion Serpent
Nombre de messages : 19990
Age : 27
Personnage préféré : olivia et gregory
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Sam 16 Nov 2013, 03:25

Mais je lis vite ça facilite les choses ^^ Bon voilà j'ai lu et c'est excellent!!!! on retrouve bien l'ambiance de la série c'est vraiment génial, je suis adepte! Very Happy Vivement la suite!!!!  
Revenir en haut Aller en bas
newlook



Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 8276
Age : 28
Personnage préféré : Sara Francesca Annie + Cole Carmen Amy Brad Gregory Virginia Bette Gabi Derek Maria Ricardo
Date d'inscription : 24/04/2009

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Sam 16 Nov 2013, 07:20

Merci à toi, et bravo à toi pour ta vive lecture. Very Happy 
Revenir en haut Aller en bas
Anne



Féminin
Bélier Chat
Nombre de messages : 2662
Age : 29
Personnage préféré : Olivia/Gregory
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Dim 17 Nov 2013, 20:45

Yeah trop cool j'avais manqué trois chapitres! C'est toujours aussi génial et hâte de voir ce que ça va donner le procès de Greg, il doit avoir plus d'un tour dans son sac comme d'habitude il va y avoir de l'ambiance.
Revenir en haut Aller en bas
http://picassiette19.skyblog.com
newlook



Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 8276
Age : 28
Personnage préféré : Sara Francesca Annie + Cole Carmen Amy Brad Gregory Virginia Bette Gabi Derek Maria Ricardo
Date d'inscription : 24/04/2009

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Dim 17 Nov 2013, 20:53

Oui, effectivement, j'avoue avoir plusieurs idées pour le déroulement du procès qui s'annonce donc tendu.
Revenir en haut Aller en bas
Anne



Féminin
Bélier Chat
Nombre de messages : 2662
Age : 29
Personnage préféré : Olivia/Gregory
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Dim 17 Nov 2013, 23:08

newlook a écrit:
Oui, effectivement, j'avoue avoir plusieurs idées pour le déroulement du procès qui s'annonce donc tendu.
bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce bounce 

Trop    
Revenir en haut Aller en bas
http://picassiette19.skyblog.com
miss pika



Féminin
Lion Serpent
Nombre de messages : 19990
Age : 27
Personnage préféré : olivia et gregory
Date d'inscription : 29/04/2007

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Lun 18 Nov 2013, 04:33

Je suis sûre que Francie n'est pas morte Razz 
Revenir en haut Aller en bas
newlook



Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 8276
Age : 28
Personnage préféré : Sara Francesca Annie + Cole Carmen Amy Brad Gregory Virginia Bette Gabi Derek Maria Ricardo
Date d'inscription : 24/04/2009

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Lun 18 Nov 2013, 13:35

Je ne dévoilerai rien sans mon avocat d'abord.... Laughing 
Revenir en haut Aller en bas
roseamour



Féminin
Scorpion Cheval
Nombre de messages : 9
Age : 26
Personnage préféré : gabi et antonio
Date d'inscription : 22/12/2013

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Ven 31 Jan 2014, 06:05

salut ! j'ai une petite question pour l'auteur de la fans fiction. Je voulais savoir si ton histoire était terminé ou si on aurait la chance prochainement de pouvoir lire une suite? Smile Je l'ai lu, j'ai trouvé cela très intéressant et j'aimerais bien savoir ce qui se passerais par la suite hihi

merci !!
Revenir en haut Aller en bas
newlook



Masculin
Gémeaux Dragon
Nombre de messages : 8276
Age : 28
Personnage préféré : Sara Francesca Annie + Cole Carmen Amy Brad Gregory Virginia Bette Gabi Derek Maria Ricardo
Date d'inscription : 24/04/2009

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Ven 31 Jan 2014, 13:28

Coucou Roseamour Wink

Merci de l'intérêt que tu portes à ma fiction. Non, l'histoire n'est pas terminée, loin de là, et je compte bien la poursuivre (ah si seulement comme Ben j'avais un jumeau pour pouvoir faire deux choses à la fois Laughing )

Je vais tâcher de m'y remettre au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Anne



Féminin
Bélier Chat
Nombre de messages : 2662
Age : 29
Personnage préféré : Olivia/Gregory
Date d'inscription : 26/12/2006

MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Ven 31 Jan 2014, 14:49

Yeahhhhh!!! Trop bien!!! bounce bounce bounce 
Revenir en haut Aller en bas
http://picassiette19.skyblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach   Aujourd'hui à 10:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 9 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 8, 9, 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Essai Fan-Fiction Suite Sunset Beach
» More Sunset Beach
» Sunset Beach sur Wikipédia
» Sunset Beach Maniac
» SeriesLive on Air:un petit clin d'oeil à Sunset Beach !

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Le forum Sunset Beach :: Autour de Sunset Beach :: Fans fictions :: Autres-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: